Une dispute qui tourne mal

Étiquettes

, ,

Pour le traditionnel dîner annuel du Club sportif du Cercle national des armées, les Lames de l’Estoc ont donné un nouveau spectacle inédit. L’histoire d’une dispute qui tourne mal…

Le mercredi 4 février dernier, Laurence Sainseaux et François Cardinali ont proposé un nouveau spectacle lors de la fête annuelle traditionnelle du Club d’escrime du Cercle national des armées. Avec, pour l’occasion, un jeune bretteur, Hippolyte qu’ils ont entraînés quatre mois durant pour participer à ce numéro. Le thème ? Et si les deux complices s’étaient disputés ? Et si Laurence avait décidé de se produire sans son partenaire traditionnel ? Et si tout cela créait quelques péripéties… Petit retour sur ce nouveau spectacle en vidéo et en photos.

Lire la suite

Quand Flaminia se joue des hommes

Étiquettes

, ,

Nouveau Spectacle des Lames de l’Estoc, ce spectacle inspiré des personnages de la Commedia dell’arte met aux prises Arlequin, Flaminia et un gardien de musée qui rêve de rentrer dans leur univers.

La nuit, tous les rêves sont permis dans le Musée de cire où évolue un gardien solitaire et bougon. La nuit, certains personnages du salon de la commedia dell’arte s’animent et viennent troubler le calme apparent. Voilà le thème de Flaminia se joue des hommes, le nouveau spectacle des Lames de l’Estoc, accompagné pour l’occasion de Xavier Lejeune (Arlequin) et dont la première fut donnée, le 5 février 2014, dans le salon d’honneur du Cercle National des armées à Paris lors de la soirée annuelle du Club sportif d’escrime.

Le tout en images
Flaminia se joueDevis sur demande en nous contactant : francois.cardinali@orange.fr

Le mariage de la harpe, de la flûte et des rapières

DSC_0025Mercredi 5 juin, Laurence Sainseaux et François Cardinali ont créé un numéro spécial pour accompagner le concert de flûte et de harpe donné par Guy-Claude Luypaerts et Elisabetta Giorgi dans le salon d’honneur du Cercle national des armées.

Flûtiste de renom, escrimeur par passion,  Guy-Claude Luypaerts a composé une série DSC_0015de variations sur le thème de l’escrime. Lors d’un concert donné en faveur de l’association Escrime à l’hôpital, il a demandé aux deux créateurs des Lames de l’estoc d’imaginer un numéro pour accompagner son morceau L’Esquive.

Notre idée a été de créer un incident durant l’interprétation de ce morceau qui terminait le concert. L’irruption d’un personnage de noir vêtu qui interrompait le spectacle en DSC_0014faisant grand bruit était prétexte à un combat avec une jeune femme. Une fine lame qui se battait comme une ballerine et manipulait rapière et dague non sans humour. Un numéro décalé qui a surpris le public mais remporté in DSC_0028fine les suffrages et les applaudissements.

Capture d’écran 2013-06-06 à 22.29.34

Lire la suite

Casanova passe par l’Assemblée nationale

Cent ans escrime ASCAN - 134Pour marquer les 100 ans de la salle d’armes de l’Assemblée nationale, les Lames de l’estoc ont, à la demande de Maître Bernard Delmas, proposé aux adhérents un de leur spectacle de chevet : Casanova vaincu par une femme.

Avec quelques invités d’honneur comme Jean-François Lamour, ancien champion olympique et ancien ministre des Sports, venu en voisin de l’Assemblée nationale, la fête qui marquait, le 22 mars 2013, les cent ans d’existence de la salle d’armes ne manquait pas de panache. Il est vrai, le cadre n’est pas banal : cette salle fut créée suite à une délibération du Bureau de la chambre des Députés du 19 mars 1913. Et a parfois servi d’antichambre de certains duels jusqu’à la fin de la première Guerre mondiale.Nous avons donc sorti de nos malles les tenues de Casanova et d’une certaine jeune fille venue se venger de l’illustre personnage pour refaire vivre ce spectacle créé en novembre 2010, dans un autre lieu célèbre de Paris : les Invalides.

Cent ans escrime ASCAN - 247 Cent ans escrime ASCAN - 246 Cent ans escrime ASCAN - 253 Cent ans escrime ASCAN - 229

Avec nos remerciements à Xavier Lejeune pour ses photos.

Le Maître italien et l’étranger…

Étiquettes

, ,

Avec Le Maître et le Chinois, les Lames de l’estoc ont joué sur un nouveau registre pour leur spectacle inédit. En misant sur le choc de lames pas vraiment conventionnelles. Cela se passait le 6 février dernier sur la scène du Cercle militaire de Paris pour le dîner annuel de la salle.

Le pitch ? Une  histoire bizarre. Dans la salle d’armes de maître Zucchini, un maestro italien qui a pignon sur rue dans Paris où il officie en compagnie de ses deux fils, débarque un jour un étrange pélerin. Il vient pour acquérir le savoir du célèbre Zucchini. A défaut des deux lettres de recommandation en usage pour avoir le droit de croiser le fer en ce lieux prestigieux, il a une bourse bien garni. L’aventure peut commencer. Et ce voyageur va s’avérer encore plus étrange qu’il ne paraît.  Entre la bonne vieille rapière et un sabre chinois, qui va gagner ? Magnéto.

Lire la suite

Quand l’escrime française bluffait les Anglais

Sur le plateau dans la salle d’armes du Cercle national des armées

En janvier dernier, les créateurs de Lames de l’estoc participaient au tournage d’une soirée thématique sur les relations franco-anglaises au cours des siècles. D’escrime, il était bien sûr question: la preuve…

Dans le deuxième volet de cette soirée en trois volets -première diffusion le samedi 2 juin à 20h45 sur Arte- les auteurs s’intéressaient aux relations entre Paris et Londres au XIXe siècle pour tenter de conforter leur prééminence sur la scène internationale. Ou quand Français et Anglais se prenaient pour les maîtres du monde. Dans cette rivalité, les jeunes aristocrates anglais faisaient le voyage à Paris pour découvrir certains traits de la culture hexagonale : l’escrime y tenait bien sûr un rôle.

C’est cette pratique que raconte la présentatrice de la soirée dans ce court extrait, la blonde Lisa Hilton qui fait un voyage dans le temps pour venir croiser le fer au Cercle national des armées à Paris. Outre les enseignements de Maître Jacques Castanet, historien et antiquaire de l’escrime, elle s’initie à l’assaut en compagnie de deux escrimeurs joués par François Cardinali et Laurence Sainseaux. Action…

Lire la suite

Image

Danse avec les marquis !

Étiquettes

, ,

Le samedi 2 juin à Munich, un grand show était donné à Munich pour les salariés de l’antenne chinoise d’une société dédiée au bien-être. Au côté de magiciens, de danseurs, de chanteurs, les escrimeurs ont eu la part belle avec une prestation mariant la musique baroque et un ballet en armes.

Peu connue en France, la société Amway fait fureur en Chine. C’est pour réunir ses meilleurs salariés qu’une fête a été organisée à Munich, le samedi 2 juin 2012. Outre un dîner de gala, elle fut prétexte à un show qui réunissait bien des disciplines, avec, bien sûr,  l’escrime artistique à l’honneur. Pour mettre en scène le ballet 17ème siècle qu’il avait imaginé, avec marquis et maîtres d’armes se mesurant dans une salle d’armes, Fabrice Linqué, président de la Garde des Lys, avait proposé , aux Lames de l’estoc, à des bretteurs toulousains et à Arman Voussougui, de  participer à un spectacle rythmé et haut en couleur. Il a même ménagé quelques surprises finales, y compris avec des prestations d’artistes… la tête en bas.

Lire la suite

Une épée d’or pour l’antiquaire de l’escrime

Découvrez en cliquant sur ce lien un article sur la remise d’une épée d’or par l’Académie d’Armes de France à maître Jacques Castanet, maître d’armes et réputé antiquaire de l’escrime. Un passionné d’histoire de ce sport qui peut raconter mille anecdotes sur ce thème. Pour l’occasion, nous l’avons suivi au Château de Monte-Cristo, la célèbre demeure d’Alexandre Dumas aux portes de Paris (Ci-contre, Jacques Castanet dans la bibliothèque du musée).

antiquaire de l’escrime.

Confessions croisées

Histoire de vous en dire un peu plus pour vous, nous avons sacrifié à une petite interview croisée… Où les propos sont libres comme les interprétations.

Quand êtes-vous née, fine lame ?

Laurence : A un temps que les – de 20 ans ne peuvent pas connaître mais que les fans de Casimir ont parfaitement en mémoire !

François : En 1966, à 20h40, en découvrant un téléfilm comme Hauteclaire, de Jean Prat avec Mireille Darc. Si la question porte sur l’état civil, ce serait plus vers 1958. Peut-être…

Qu’est ce qui a provoqué cet engouement pour l’art des lames ?

Laurence : Lagardère, Pardaillan, Fracasse, Fanfan, Cyrano, Athos et … Maître Ioda

François : Une armure du château Saint Ange à Rome. Scaramouche et Till l’Espiègle. Jean Marais of course et la pratique de l’escrime dite « moderne » (on en reparlera de ces cases que l’homme moderne affectionne !)

Le film où la lame est la plus fine ?

Laurence : Dur-dur … allez, je vais dire Cyrano !

François : L’Etroit Mousquetaire pour Max Linder et son élégance joyeuse.  Duellistes de Ridley Scott. Le Maître d’escrime, pour le thème de la transmission. Et puis, je t’en pose des questions !

 Une maxime pour tirer la lame ?

Laurence : Kimbé red’ pa moli’ !

François : « Son estoc resplendit comme l’œil du démon/ Il y grava son nom afin qu’on s’en souvienne ». Beau comme du Victor Hugo parlant du combat de Roland et Olivier…

D’estoc ou de taille ?

Laurence : Des 2 !

François : Ça dépend de la taille ! Mais, la pointe, ça a quand même de la gueule quand ça va vite.

 Le héros de littérature qui a l’âme d’une fine lame ?

Laurence : Edmond Dantès

François : Il fit de sa vie un roman et des romans sa vie : un certain Pouchkine.

 Faut-il de l’âme pour tirer le fer ?

Laurence : De l’âme, des lames e(s)t toc ! (j’envoie les explications par retour de courriel)

François : En tout cas, il faut du fer pour faire une lame.